L'historien et les mémoires de la seconde guerre mondiale

Kom i Gang. Det er Gratis
eller tilmeld med din email adresse
Rocket clouds
L'historien et les mémoires de la seconde guerre mondiale af Mind Map: L'historien et les mémoires de la seconde guerre mondiale

1. 1945-1960 : Une mémoire sélective

1.1. 1. Une priorité : Oublier Vichy

1.1.1. 9/08/1944 : Ordonnance de De Gaulle : Plus aucune valeur légale pour le régime de Vichy

1.1.2. Sorte d'amnésie officielle : Ce régime n'a jamais existé, seule la République est existante

1.2. 2. Le mythe de la France résistante

1.2.1. Après 1945, résistants = héros qui se sont sacrifiés pour la France. C'est le résistancialisme. Objectif = Cohésion et fierté aux français

1.2.2. 1964 : Malraux, ministre de la culture fait entrer Jean Moulin au Panthéon. Il devient symbole de la résistance. Mémoire alimentée par Gaullistes et Communistes.

1.3. 3. Entre silence et oubli : la mémoire du génocide des Juifs

1.3.1. Camps libérés en 1945 : beaucoup de témoignages mais mémoire juive inexistante:  -Survivants peu nombreux                                -Volonté de se fondre dans la société              -Survivants ressentent culpabilité

1.3.2. 1956 : Resnais présente "Nuit et Brouillard". Il décrit conditions des déportés. Les images montrant complicité des français = censurées.   On ne distingue pas camp de déportation et d'extermination à cette époque

2. 1960-1980 : Le réveil des mémoires

2.1. 1. La mémoire du génocide

2.1.1. 2 événements libèrent cette mémoire :

2.1.1.1. 1961 : Procès d'Eichmann en Israel, l'un des reponsable de la solution finale. Pour la 1ère fois : victimes témoignent et reconnus comme tel. Libération de la parole. Reconnu coupable et condamné à mort

2.1.1.2. 1967 : Guerre des six jours au Proche-Orient. Israël déclenche une guerre préventive contre les pays de la ligue Arabe ( Israel, Jordanie...). Israel terrasse ses adversaires et triple sa superficie. Cela entraîne conscience d'une identité juive au delà des frontières d'Israel

2.2. 2. Le réveil de la mémoire de la collaboration

2.2.1. Années 60-70 : Mémoire vichyste avec Pétain comme bouclier. Il aurait protégé les français.                                                                                    1969 : "Le chagrin et la pitié" de Ophuls raconte la vie quotidienne des français montrant que certains ont collaborés. Ce film oblige à regarder "un passé qui ne passe pas"                                                                                                                    1973 : "Vichy et les Juifs" par Paxton avec comme sources les archives allemandes et américaines. Il prouve la responsabilité de Pétain et de son gouvernement et de l'Etat Français dans la déportation des Juifs.

3. Depuis les années 80 : Des mémoires apaisées ?

3.1. 1. Des tentations négationnistes aux grands procès des années 80-90

3.1.1. 1979 : Tribune du Monde de Faurisson disant que les chambres à gaz sont une rumeur. C'est le point de départ des tentations négationnistes.

3.1.2. 1987 : JM LE PEN déclare que les "chambres à gaz sont un point de détail de la 2nd guerre mondiale"

3.1.3. 1987 : Klaus Barbie, allemand jugé en France car chef de la Gestapo de Lyon. Condamné à perpétuité pour crime contre l'humanité

3.1.4. 1994 : Procès contre Paul Tovier. 1er Français jugé. Chef de la Milice lyonnaise. Il avait été condamné à mort par contumace en 1947, mais gracié en 1972 par Pompidou. Il est condamné à perpétuité et meurt 2 ans après

3.1.5. 1997 : Procès contre Maurice Papon. A organisé la déportation des juifs et résistants en Gironde. Carrière politique brillante. En 1981, le Canard Enchaîné accuse Papon de déportation. Enquête ouverte en 1983. Condamné pour complicité de crime contre l'humanité à 10 ans de prison. Sort en 2002, meurt en 2007

3.2. Vers la reconnaissance officielle

3.2.1. 1981-1995 : Mitterand refuse de faire des excuses au nom de la France car Vichy ne représentait pas la République, seulement des "minorités activistes"

3.2.2. 16/07/95 : Jacques Chirac reconnaît officiellement la responsabilité de la France dans la déportation des Juifs lors de la Commémoration de la Rafle du Vel' D'hiv'. Il rend hommage aux "Justes" (Personnes ayant caché les Juifs".                                                                                                             A la suite de ceci, une politique mémorielle est mise en place.                                          2000 : Création d'une journée nationale en mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites par l'Etat Français ( le 16/07)

3.2.3. Nombreux lieux pour entretenir la mémoire, comme un mémorial qui a pour fonction de transmettre la mémoire d'un événement.     2005 : Mémorial de la Shoah à Paris doté du "Mur des noms'

3.2.4. Cinéma participe à la mémoire : "La Rafle" ou encore "Elle s'appelait Sarah"

3.3. "Devoir de mémoire" et ses possibles dérives

3.3.1. "Devoir de mémoire" --> Expression des années 90 --> Obligation d'entretenir souvenir des souffrances endurées par victimes et réparer préjudice moral et matériel

3.3.2. Janvier 2001 : Loi reconnaît génocide Arménien

3.3.3. Mai 2001 : Loi reconnaît traite et esclavage comme crime contre l'humanité + Journée nationale (10/05) + Etude scolaire

3.3.4. Février 2005 : Loi reconnaît rôle positif de la colonisation puis abrogée

3.3.5. Lois mémorielles --> Reconnaissent faits historiques et victimes. Elles entraînent surenchère victimaire. De + en + de groupes cherchent à être reconnus victimes. C'est le "Tourbillon de la mémoire" (STURA) ou encore la "Tyrannie de la mémoire" (JOUTARD). Ces lois fabriquent une histoire officielle, non objective.

3.3.6. 1990 : Loi Gayssot punissant ceux qui nient existence de génocides.